Au bal des actifs, Demain le travail réalisé par Anne Adàm (3/3)

Publié le par Eterlutisse

CoÊve 2051 de Norbert Merjagnan m'a étonnée. Je ne suis pas habituée à l'écriture de cet auteur, au début, les images coagulaient et puis je me suis accrochée à Ganz et j'ai adoré le voyage. #Marseille #monnaie #utopie #chat... C'est bon, on a tous les mots clés pour embarquer. 

J'ai vraiment beaucoup aimé le concept de monnaie développé dans cette histoire car l'argent est étrangement le frein à beaucoup de choses dans notre réalité -: emploi, création, amélioration des conditions de vie, de travail...-. À l'école, on m'a appris qu'il avait été créé pour fluidifier les échanges... Un vrai changement doit être accompagné d'une nouvelle manière d'évaluer la valeur du travail et celle proposée par Norbert Merjagnan une belle image de ce que cela pourrait être.

La nouvelle de Ketty Steward et celle d'Alain Damasio ont pulsé en feedback pendant toute ma lecture.

Le thème de l'évaluation permanente de l'individu génératrice d'aliénation, d'injustice, d'autocensure et tant et tant est pointée dans les 3 nouvelles car elle est déjà très présente et envahissante dans notre quotidien.

La question soulevée par Profil de Li-Cam est pertinente, l'addiction aux marques comme à l'objet transitionnel qu'a été -qu'est- la Nation ressort du sentiment religieux. Tout est bon pour reformer l'Ecchlésia englobante et normalisante. 

​​​​​Je me suis perdue dans les Miroirs de Luvan. Je n'avais visiblement pas envie de lire une histoire d'IA aujourd'hui.

 

Je termine ma lecture de ce recueil sur le travail par les 2 dernières, qui traitent toutes les 2 du métier d'auteur. Léo Henry et David Calvo sont tranquilles pour leur job, on ne viendra pas le leur piquer après avoir lu ça 😅.

Ils nous font passer dans les coulisses d'un travail exigeant jusqu'à la caricature. Alors, étrangement, c'est drôle, mais comme le discours d'un fou du roi.

J'ai lu la "nouvelle" de Léo Henry comme on jouerait au jeu des 7 erreurs me demandant ce qu'il allait encore devoir modifier. La lecture est ludique et m'intriguait beaucoup au feuilletage du livre. 

Maintenant, je vais pouvoir écouter tous les podcasts et articles que je repère sur le Web depuis sa sortie ! C'est un projet ambitieux et j'espère que son succès fera des émules car c'est vraiment la SF qui me plaît.

 

Publié dans Lecture, Marseille, SF, Utopie

Commenter cet article