THE THRILL IS GONE & ZOO-MACHINE au MAC

Publié le par Eterlutisse

Au petit matin, un cauchemar qui engluait jusqu'au réel m'a jetée hors de chez moi.

Au petit matin, un cauchemar qui engluait jusqu'au réel m'a jetée hors de chez moi.

J'ai survolé le goudron, les chemins de boue et de pierres, sentier imaginaires embroussaillés,... fuite

J'ai survolé le goudron, les chemins de boue et de pierres, sentier imaginaires embroussaillés,... fuite

larmes qui me guidaient vers cette exposition de Théo Mercier dont le thème réel m'échapait malgré l'intuition qu'elle ferait écho à mes tourments intérieur
larmes qui me guidaient vers cette exposition de Théo Mercier dont le thème réel m'échapait malgré l'intuition qu'elle ferait écho à mes tourments intérieur

larmes qui me guidaient vers cette exposition de Théo Mercier dont le thème réel m'échapait malgré l'intuition qu'elle ferait écho à mes tourments intérieur

Premiers mots...Premiers mots...

Premiers mots...

Je me suis reposée un moment, assise devant les gigantesques panneaux qui présentaient les oeuvres exposéesJe me suis reposée un moment, assise devant les gigantesques panneaux qui présentaient les oeuvres exposées

Je me suis reposée un moment, assise devant les gigantesques panneaux qui présentaient les oeuvres exposées

Les premières compositions m'ont plongée dans un monde de cauchemar fascinant, apaisant.

Les premières compositions m'ont plongée dans un monde de cauchemar fascinant, apaisant.

Bestiaire fantastique

Bestiaire fantastique

Je me suis laissée bercer par l'émergeance de la spirale de Robert Smithson comme une roue du destin, sans issue...Je me suis laissée bercer par l'émergeance de la spirale de Robert Smithson comme une roue du destin, sans issue...
Je me suis laissée bercer par l'émergeance de la spirale de Robert Smithson comme une roue du destin, sans issue...Je me suis laissée bercer par l'émergeance de la spirale de Robert Smithson comme une roue du destin, sans issue...

Je me suis laissée bercer par l'émergeance de la spirale de Robert Smithson comme une roue du destin, sans issue...

Et puis j'ai déambulé dans cet étrange cabinet des curiosités qui pointe l'occidentalocentrisme, le contemporanéocentrisme qui autorise certains types de prédation..
Et puis j'ai déambulé dans cet étrange cabinet des curiosités qui pointe l'occidentalocentrisme, le contemporanéocentrisme qui autorise certains types de prédation..

Et puis j'ai déambulé dans cet étrange cabinet des curiosités qui pointe l'occidentalocentrisme, le contemporanéocentrisme qui autorise certains types de prédation..

THE THRILL IS GONE & ZOO-MACHINE au MAC

Commenter cet article