Droit d'auteur... En direct depuis l'utopie d'Eterlutisse

Publié le par Eterlutisse

Dans ma liste de lecture...

Dans ma liste de lecture...

@NeilJomunsi parle régulièrement sur Twitter du droit d'auteur et du très beau concept de commun.

Il m'a donné envie de poser des mots sur mon vécu de lecteur et d'auteur.

Au lycée j'ai commencé à ressentir une forme d'injustice. J'ai eu l'impression qu'on me volait mon droit de penser. En cours de philosophie, le professeur me demandait de citer des auteurs pour répondre à des questions. J'avais un avis mais si quelqu'un avait eu cette pensée avant moi, je devais rendre à César ce qui m'appartenait. Pire j'avais l'impression qu'on m'interdisait de formaliser une pensée propre puisqu'il fallait exposer le raisonnement d'autres sans avoir le temps d'y réfléchir pour soi.

De ce carcan éducatif je suis sortie avec la terrible envie de me construire ma propre réalité. J'ai écrit, joué, scénarisé des BD, dessiné,... J'ai lu, cherchant ceux qui avaient les mots pour décrire ce que je ressentais du réel. Je me sens reliée au monde quand j'y perçois un écho.

Il y a un concept fondateur qui m'a aidé à organiser ma compréhension de mon rapport à la pensée, c'est le "monde des Idées" de Platon. Souvent j'avais en tête quelque chose et sur ma route je trouvais un écrit, un fait d'actualité qui répondait à mes questionnements ou réaffirmait mes intuitions. Je me suis sentie connectée à ce monde des Idées auquel nous avons tous accès. C'est ce qui m'a donné envie d'écrire pour que ces muses qui prenaient la peine de me parler ne restent pas sans voix, pour que la réalité qu'elle me décrivent s'incarnent dans le monde réel.

La bataille est farouche pour être celui qui rendra réel une idée. Être le premier à l'avoir écrit, dit, transmit,... J'ai participé à cette course un temps, et puis je me suis rendue compte que je n'avais pas à me soucier de la postérité de mes idées. Elles attendent d'être réalisées, mais si c'est leur heure, toi ou un autre, peuvent bien faire l'affaire. Cependant, la voix est importante et certains font vibrer leur lyre jusqu'à éveiller les consciences.

Que le droit d'auteur ne soit pas un droit de censure ? Un travail de paladin, de Don Quichotte, de Victor Schoelcher ou... de colibri selon l'énergie du jour.

J'aime poster de bonnes critiques, propager ces petits bouts de réel qui me ressemblent. Payer la contribution pécuniaire qu'on me demande, faire rayonner mon plaisir de lecture voilà ce que je pense devoir aux auteurs, le reste m'appartient que la loi le veuille ou non.

Dominer par le droit d'auteur c'est s'auto-ériger en fondateur de réalité. L'oubli des "muses", leur commercialisation, leur mise en esclavage me paraît être à contre-sens de ma réalité mais cela fait bien partie du Réel.

Commenter cet article