Les merveilleux nuages de Françoise Sagan

Publié le par Eterlutisse

Édition de 1961, on évitera de lire la première page qui résume l'intégralité du roman...

Édition de 1961, on évitera de lire la première page qui résume l'intégralité du roman...

Je n'avais pas lu de roman "réaliste" depuis... Heum, je n'en lis pas. -J'ai réussi à apprécier quelques romans qu'on m'a obligée à lire au collège et au lycée.-

Je suis tombée sur celui-ci parce que son titre résonnait avec un texte de Baudelaire que je venais de lire et qui est d'ailleurs retranscrit en introduction.

Le texte de Baudelaire

Le texte de Baudelaire

J'y suis restée accrochée car il semblait raconter en partie mon histoire -le fric coulant à flots en moins, et un paquet d'années en plus ;p-.

Un jeune couple étrange, Alan et Josée : un bel américain futile et une jolie petite parisienne libre. Ils se sont mariés très vite. Ils n'auraient qu'à vivre d'amour et de champagne frais puisqu'il n'a pas besoin de travailler pour vivre et l'entretenir. On pourrait se croire dans une romance très conventionnelle à l'énoncé des protagonistes, mais c'est tout autre chose.

Il est maladivement jaloux, ne sait pas s'aimer mais en même temps a une haute idée de lui-même. Il joue de son charme insolent sans sembler le faire avec malice. Sa mère est savoureusement agaçante.

Il l'a arrachée à sa vie sociale et elle essaye de le fuir sans y arriver. Il joue les désespérés quand elle fait mine de s'éloigner, semble être conscient de sa déviance sans pouvoir s'en sortir. Il paraît vouloir changer même, en de brefs moments.

Elle me ressemble à fuir sans y arriver, à agir par bravades qui n'assouvissent aucun besoin, sans réussir à trouver de sortie définitive.

Je suis juste déçue que la fin ne m'apporte aucune solution. Enfin, j'aurais lu un roman de littérature blanche, c'est déjà ça...

Commenter cet article