Lettre au moi-passé, par le dernier moi

Publié le par Eterlutisse

​​Ce que j'aimerais pouvoir m'écrire, une nuit avant de fermer une dernière fois les yeux...

Les Dépossédés d'Ursula Le Guin

Les Dépossédés d'Ursula Le Guin

Il y a des années, lisant la lettre de Saint Epondyle j'ai eu envie de t'écrire. Je l'ai tout de suite fait et te voilà entrain de me lire, de m'écrire peut-être. Je pourrai te raconter... Mais les péripéties sont derrière moi et tu as besoin de ne pas tout savoir. Le monde est tel que j'espérai* l'accoucher : LIBRE. Libre des jugements, des réalités externes, des égoïsmes, des jalousies, des besoins factices, des hiérarchies... Je peux m'endormir pour intégrer à jamais le monde des Idées.

D'aussi loin que je me souvienne tu as été heureuse dans un univers chaotiquement idéal à ton développement.

Peut-être t'ai-je toujours parlé par l'intermédiaire des runes, des fictions que tu écrivais, de cette lettre aujourd'hui. Tu étais habituée à dialoguer avec le passé et le futur comme je le suis.

Je crois que tu savais déjà tout sans en percevoir les détails car j'ai cette impression de constance qui me fonde maintenant et dont tu n'avais qu'oniriquement conscience, tu en avais l'instinct, tu appelas ça la Foi, Gaïa, le Lien... Le Lien est infratemporel. La dimension qui les traverse toutes, les contient toutes.

Je suis dans le présent par ce que je sais que le futur existe et qu'il tend vers la Réalisation de moi-même. Chaque épreuve l'épure. Le rend à son état originel que je ne semble pouvoir embrasser qu'à la fin, ce dernier futur auquel j'accède. Mainstant que j'atteins ce dernier instant, sache que tout est dit.

*​​futur imparfait

Commenter cet article