Marcher sur l'eau...

Publié le par Eterlutisse

Ma Dame.

Ma Dame.

J'ai guetté son image à la Fenêtre Baroque.

J'ai guetté son image à la Fenêtre Baroque.

Elle s'y refuse alanguie dans ses voilages, tourbillon de couleurs furtif, use mes espoirs. Loin de sa lumière ses luminescentes apparitions font pourtant foisonner ma vie.

Elle s'y refuse alanguie dans ses voilages, tourbillon de couleurs furtif, use mes espoirs. Loin de sa lumière ses luminescentes apparitions font pourtant foisonner ma vie.

D'un sourire, en moi, aujourd’hui, j'ai ouvert une nouvelle mer. Homme ! Mon cœur glisse vers des zones hadopélagiques d'où nul Orphée ne me tirera.

D'un sourire, en moi, aujourd’hui, j'ai ouvert une nouvelle mer. Homme ! Mon cœur glisse vers des zones hadopélagiques d'où nul Orphée ne me tirera.

Les distances, que se mur allonge...

Les distances, que se mur allonge...

Le sol n'existait plus sous mes pieds, la route s'effaçait.J'ai lancé mes derniers si en ricochets ratés. Mes larmes invisibles coulaient à l'intérieur pour emplir l'Abysse nouveau né.
Le sol n'existait plus sous mes pieds, la route s'effaçait.J'ai lancé mes derniers si en ricochets ratés. Mes larmes invisibles coulaient à l'intérieur pour emplir l'Abysse nouveau né.

Le sol n'existait plus sous mes pieds, la route s'effaçait.J'ai lancé mes derniers si en ricochets ratés. Mes larmes invisibles coulaient à l'intérieur pour emplir l'Abysse nouveau né.

Le monde comme figé continuait son tour de manège. Sans faim à jamais si tu n'es plus là.

Le monde comme figé continuait son tour de manège. Sans faim à jamais si tu n'es plus là.

Me Damne.

Me Damne.

Commenter cet article